Il faut penser en mobile tout le temps.

Votre nouveau site Web est enfin adaptatif (responsive) et ajusté aux appareils mobiles ? C'est bien, mais ça ne suffit pas. Il vous faut penser en mobile tout le temps. Il vous faut une stratégie propre aux mobiles, une stratégie pensée au sein d’un écosystème mobile complet, et d'une autre au sein d’un écosystème multi supports.

Voici quelques chiffres qui, je l'espère, vous convaincront de la nécessité d'agir.

Un virage « mobile seulement » s'est enclenché partout sur la planète

 

Partout sur la planète - pas seulement en Corée du Sud - le temps passé sur le mobile gruge encore et toujours le temps passé sur tout autre support (PC, portables, tablettes, TV connectées). J'utilise bien le mot « gruge » car vous ne voyez possiblement pas de croissance majeure sur votre radar statistique par rapport à l'an dernier. Cela varie énormément d'une industrie à l'autre.

Le graphique ci-dessous représente ainsi la croissance en 2014 des dépenses des consommateurs américains sur le mobile (l'expression « m-commerce » utilisée dans le graphique ci-dessous couvre autant les tablettes que les téléphones intelligents).

graphique comScore e-commerce & m-commerce

comScore constatait ainsi une croissance de 47 % en un an seulement sur ce canal précis. Notez aussi que la croissance au niveau du commerce électronique (« e-commerce ») en général est moins fulgurante, soit 10 %. C'était il y a un an…

En Allemagne, un sondage révélait au printemps 2015 que 64% des utilisateurs d'appareils mobiles (téléphone ou tablette) ont déjà effectué un achat avec leur appareil .

En Chine, une analyse effectuée au printemps 2015 estime que le tiers des achats effectués en ligne par des consommateurs en 2013, l'ont été à l'aide d'un appareil mobile .

Plus récemment, en Juin 2015, et plus près d'ici, une étude auprès de la génération des milléniaux canadiens, soit ceux âgés entre 18 et 29 ans, montrait que leur utilisation du PC est en chute libre. Pour la première fois, le temps passé en ligne sur un ordinateur de type PC, chez cette tranche de la population, est tombée en bas des 50%, soit 46 %, par rapport à la tablette (15 %) et au mobile (37 %) .

Un comportement d'utilisation multidimensionnel

Bien sûr, les canadiens ne font pas que transiger sur le mobile. Une étude de Google dévoilait ainsi en novembre 2013 que « 77 % des utilisateurs ont déjà utilisé leur téléphone pour rechercher un produit ou un service». C'était il y a plus d'un an et demi…

D'autres chiffres provenant de la même étude (sondage auprès de 1 000 adultes canadiens en ligne âgés entre 18 et 64 ans) mettent en lumière la variété des utilisations que les canadiens font de leur appareil mobile:

  • Les téléphones intelligents s'utilisent partout, 96 % des utilisateurs l'utilisent à la maison;
  • 55 % effectuent des recherches tous les jours (pour des restaurants, café, bars, voyages, offres d'emplois, appartements);
  • 46 % ont effectué un achat depuis leur téléphone au cours du dernier mois;
  • 85% accèdent à leur courriel;
  • On compte une moyenne de 12 applications utilisées au cours des 30 derniers jours;
  • 75% regardent des vidéos;
  • 78% consultent les réseaux sociaux;
  • 89 % des utilisateurs de téléphones intelligents ont recherché des informations locales,
  • 88 % ont accompli des démarches à la suite de leur recherche
  • Les recherches amorcées sur un téléphone intelligent donnent lieu à des achats dans différents canaux (32% ont ensuite effectué un achat sur un ordinateur, 37 % l'on fait en magasin);

L'utilisation d'applications, préférée aux sites Web mobiles

En Inde, la plus grande compagnie de commerce électronique du pays, Flipkart, songe présentement à fermer son site Web afin de concentrer ses efforts de développement sur ses applications mobiles. Vous avez bien lu. Le co-fondateur déclare sans détour que ne pas avoir de stratégie « mobile seulement » représente le plus grand risque de toute compagnie, dans n'importe quel pays du monde.

Vous croyez que ça ne se passe pas ici ? Une étude de Paypal et d'Ipsos révélait en février 2015 que 55 % des « acheteurs mobiles » canadiens ont transigé à l'aide d'une application. 46% des acheteurs mobiles ayant effectué une transaction sur un site web mobile et à l'aide d'une application ont préféré le faire sur l'application, contre 14% sur le site web mobile .

C'est donc un changement du comportement des consommateurs qui s'est opéré en 2014 et en 2015, un transfert de l'ordinateur de bureau vers le « mobile seulement », un confort de plus en plus grand à utiliser le mobile pour transiger sur le web sans même passer par le traditionnel PC.

Le développement d'une stratégie complètement mobile

L'action de publier des annonces Google Adwords sur le mobile, ou d'annoncer sur Facebook en espérant capturer l'attention de certains usagers quelques secondes n'est pas suffisante. Il faut concevoir votre stratégie numérique en considérant que tout le cycle de pré-magasinage, de magasinage et d'achat sera de plus en plus complété sur un appareil mobile: de la réception d'un courriel, à l'acte de conclure l'achat, en passant par une campagne sur Facebook, Instagram, Twitter, et pourquoi pas, par la commandite exclusive d'une application. Il faut également considérer les différents contextes possibles de ces utilisateurs: à la maison, en route, au travail. Il faut prendre en compte qu'une personne regarde son téléphone mobile en moyenne 150 fois au cours d'une journée et, encore une fois, que le nombre moyen d'applications utilisées par un utilisateur au cours des 30 derniers jours est de 12.

Il vous faut une stratégie de marketing numérique propre aux mobiles, une stratégie pensée au sein d’un écosystème mobile complet.