5 arguments en faveur de l'application mobile | MultipleMedia
Lisez sur nos vingt ans !

5 arguments indiscutables pour le choix d’une application mobile au lieu d’un site HTML5.

Pourquoi développer une application mobile alors que votre site web est responsive?

1. Fonctionnalité.

Une application mobile offre une capacité de personnalisation plus grande qu’un site web. En effet, on a la possibilité d’avoir accès à des fonctionnalités dites « natives » comme par exemple le GPS, la luminosité de l’écran, la caméra, etc…

2. « Push Notifications ».

Il est possible d’envoyer des « push notifications » aux utilisateurs ayant téléchargé l’application et ce même si celle-ci est présentement fermée sur le téléphone. Donc possibilité de programmer des rappels et autres événements du genre dans l’application mobile. À noter que certains navigateurs permettent de plus en plus l’accès à ce genre de fonctionnalités avec des PWA (Progressive Web Apps), mais ce n’est pas encore universel.

3. Hors-ligne.

Probablement l’un des points les plus importants de cette liste : une application mobile peut facilement fonctionner hors-ligne en s’autogérant avec du contenu qui se met à jour dès que la connexion à un réseau est disponible. De plus, cela permet des performances accrues car l'absence d’appel serveur se traduit par une absence d’attente avant que le serveur ne réponde. La mise à jour du contenu peut se faire tout en navigant à travers l’application ce qui procure une expérience très fluide à l’utilisateur.

4. Natif.

Puisque l’application est compilée en code natif, elle est directement exécutée par le téléphone au lieu d’être interprétée par un navigateur. La conséquence est claire, nette, précise : rapidité augmentée pour expérience utilisateur accrue.

5. Interface.

Il n’existe pas de contraintes visuelles telles que les « limitations » physiques du fait de la présence de la barre de navigation dans l’écran, indissociable d’un site web responsive affiché sur mobile. On a donc plus de place pour l’écran de l’application ainsi que pour sa personnalisation. Cela fourni, encore une fois, une expérience utilisateur plus immersive.

 

Quelques chiffres …

Sur un téléphone mobile, les gens passent 86% de leur temps sur des applications mobiles, les autres 14% seulement sur le navigateur mobile.

Les sources sont ici    et  sont ici.

Une étude plus récente affichent les mêmes résultats pour l’année 2017 au Canada

Les sources ici   ou encore ici .

 

Le revers de la médaille (car il y en a toujours un).

On notera que la navigation web sur ordinateur reste toujours plus présente que sur mobile et les sites web responsive touchent beaucoup plus de personnes qu’une application mobile. De plus, les « PWA » (Progressive Web Apps) gagnent de jour en jour en popularité et deviennent de plus en plus universelles (c.f. compatibilité avec les navigateurs). Il peut s’avérer plus coûteux et moins efficace de développer une application mobile sans avoir de site web responsive. Attention toutefois à votre clientèle cible. S’il on parle principalement d’utilisateurs mobiles et/ou que vous avez déjà un site web adaptatif, une application mobile vous permettra d’augmenter votre impact auprès de votre marché. Contactez une agence web pour des conseils.

TOP 5 des meilleures pages d’accueil 2019

Nouvelles

21 mai 2019

Vous savez ce que l'on dit, "la première impression est souvent la bonne". On comprend donc facilement l’importance toute particulière de soigner votre page d’accueil. Tout...

Par : Jean-Philippe Talamon, Designer UX/UI

Les Francos de Montréal choisissent MultipleMedia

Nouvelles

7 mai 2019

Les Francos de Montréal, l’événement musical incontournable de l’été, se déroulera du 14 au 22 juin prochain. Dans le cadre de sa 31ème édition, un concours de …

Par : Jean-Philippe Georges, Responsable Marketing et Communication

WebP, le format d’image que vous ne connaissez pas?

Recherche

30 avril 2019

Quel format d’image faut-il utiliser sur vos sites web en 2019 ? Lorsque vous entendez les termes « jpeg », « png », « gif », « svg », etc, vous savez que l’on...